Aujourd’hui j'ai décidé d'attaquer un sujet vraiment difficile,

la fatigue.

 

 

     1   Qu 'est ce que la fatigue :

 

 La fatigue on la connaît tous, elle s’immisce dans notre vie, elle entre en nous et s'installe plus ou moins durablement.

Je la connais, je la fréquente depuis déjà quelques années je la sais difficile à déloger.

Elle arrive souvent le soir après le boulot ou après une journée bien remplie, elle est là, je le sais ; quand sans que je m'en rende compte, mes épaules s'affaissent lentement, en créant une tension sur mes cervicales.

 

_ Celle-ci peut comme par enchantement disparaître en un temps record lorsqu'une soirée vraiment sympa se profile..

 

_ « Elle est où la fatigue, le traînage de pied ? Ils sont où ? »

 

En un rien de temps cet état de léthargie laisse place à une nana méga pêchue !

 

Bref, la fatigue ça me connaît ! Je la connais et je la reconnais !

 

Et bien au risque de vous décevoir, cet état n'est pas fatigue, peut être simplement ce que j'appellerai une « fatiguette », une « raplaplette », bref rien a voir avec ce dont nous parlons !

      2  Définition :

      • Selon le « Larousse », la fatigue est :

 

« état physiologique consécutif à un effort prolongé, à un travail physique ou intellectuel intense et se traduisant par une difficulté a continuer cet effort, ou ce travail »

 

  • Selon moi

     

Je sais maintenant ce qu'est la fatigue, la vraie, l'éreintement !

C'est cet état dans lequel nous sommes tous tombés durant les traitements, la fatigue, c'est une sensation de lourdeur, de poids aux chevilles et aux bras qui nous empêche ne serai-ce que de se relever pour boire, allez aux toilettes devient un effort digne de l'ascension du Machu-Picchu, et porter un aliment à la bouche une séance d'haltérophilie !

 

Et puis, et c'est là le drame plus vous vous reposez plus vous êtes épuisés, la logique n'a pas lieu d'être dans la maladie !

 

 

Dans les synonymes on trouve l'anéantissement, oui la fatigue telle que je la connais maintenant, c'est cela :un anéantissement...

 

Alors bien-sur tout cela n'est pas très vendeur ! Les traitements anticancéreux sont tous anémiants, et donc c'est mathématique la fatigue est l'effet indésirable le plus courant de la chimio, la radio, et l'hormonothérapie : impossible d'y échapper sur le papier !

 

« Mais car il y a un mais....

aujourd’hui jour pour jour je fête mes un an de traitement, alors je commence à être une professionnelle du sujet... »

 

      3   Comment y remédier :

 

Pour commencer selon mon expérience personnelle et seulement celle-ci car je ne peux parler de chose que je n"ai point moi même expérimentée, la fatigue n'est pas une fatalité !

 

Il va falloir s'armer de courage et suivre au maximum de vos possibilités mes recommandations, et elles sont très simples,

 

Bougez-vous !

Bougez-vous !

Bougez-vous !

 

Surtout essayer coûte que coûte et quoiqu'il en coûte de ne pas entrer en état de léthargie prolongée.

 

_ Il est évident, cela va de soi, il va falloir vous reposer, vous ménager, faire attention à votre personne qui est par la pathologie cancéreuse et le traitement qui y est associé, terriblement vulnérable .

Ce qu'il faut faire c'est prendre sur soi pour faire des allez retours dans le salon, c'est déjà un bon début, et puis le lendemain parcourir 50 mètres et le surlendemain 100 mètres, etc...

Evidement il ne faut en aucun cas prendre de risque ou vouloir allez plus vite que la musique. Il va falloir apprendre à entrer en réelle osmose avec votre corps afin de l'écouter et de lui apporter le meilleur.

Et l'aider à supporter cette étape difficile.

Il faut l'aimer ce corps, et le lui dire et surtout avoir foi en le fait que si aujourd’hui je suis une loque demain je serai un(e) battant(e) !

 

  • S'écouter :

     

Pour limiter les effets secondaires anémiants des traitements il faut se nourrir, c est capital, il faut apporter les éléments nécessaires au bon fonctionnement de votre organisme malgré le séisme qui se joue en son sein. « jeu de mot ! »

Là encore il faut être à l'affût du moindre signe que votre corps voudra bien vous transmettre, par exemple, dans mon cas après mes premières chimiothérapies j'avais un goût véritablement répugnant dans ma bouche, un goût métallique.

Ce goût transforme le goût des aliments et parfois c'est lui qui provoque de vraies nausées.

Des ma seconde chimio je n'ai eu d'yeux que pour les poireaux et les concombres en vinaigrette !

_ « Ne me demandez pas pourquoi? je ne suis pas nécessairement friande de ces mets en temps normal, mais en post chimio j'en aurai mangé sur la tête d'un pouilleux !! »

 

_ «  J'ai intrigué mon entourage avec mes envies irrépressibles de femme enceinte ! Mais après réflexions j'ai compris, mon corps me demandais seulement ce dont il avait besoin ! »

 

Le vinaigre de cidre que je consomme dans ma vinaigrette est salvateur pour l'estomac et les nausées.

Le poireau est un légume qui à la réputation d'être diurétique, et ainsi contribue à accélérer l'élimination des déchets, il contribue aussi à désengorger le foie !

 Les concombres sont gorgés d'eau, et bourrés de vitamines et oligoéléments.

_ « Je ne me demande plus pourquoi je ne souhaitais rien mettre d'autre à la bouche ! Mon corps savait ce qui l'aidait et en l'écoutant je me suis largement soulagée d'une grande partie des effets secondaires de la chimio. »

 

Et oui car tout est lié, en me soulageant des pires effets, je pouvais d'avantage me bouger et ainsi limiter les effets de la fatigue.

 

Je ne sais pas pourquoi mais, et cela a été prouvé par de multiples études, plus nous avons notre corps en mouvement durant les traitements moins nous sommes éreintés. Certains hôpitaux proposent des séances de sports pour les cancéreux, se sont des séances de gymnastique douce, je conseille vivement de s'y rendre c'est conviviale et ça permet d'avoir une vie sociale, ce qui pèche beaucoup durant les soins, et puis ça aide à se réapproprier son corps. Après une séance de sport, on rentre fatigué mais il s'agit d'une fatigue qui a le mérite d'être bénéfique, elle va permettre de faire une bonne nuit et ainsi avoir un vrai sommeil. Vu qu'il s'agit là de la fatigue du « Larousse » elle s'estompe avec le repos !

 

Bingo et on se sent mieux. Et on est plus fort pour affronter le jour suivant et ainsi de suite !

 

Bref , je pense avoir été claire, bougez vous !

Et prenez bien soin de vous.