Résultat de recherche d'images pour "tamoxifen"

Cela fait maintenant pile 5 semaines que j'ai arrêté l'Herceptin.

 

J'étais sure que mon état allait s'amelioré, je me disais que le produit commençant à s'éliminer je devrais me sentir vachement mieux et récupérer la pêche...

 

 

Que nenni! 

C'est de pire en pire!

Je me sens de plus en plus mal physiquement!

 

 

Ma fatigue et ma lourdeur m'accablent, je ne suis plus bonne à grand chose, ma migraine et ma nausée ne me lâchent pas non plus... Je ne suis pas sure que les antalgiques que je consomme comme des bonbons soient vraiment bons pour mon estomac, surtout que leur efficacité reste toute relative.

 

 

En fait, en étant ravie d'avoir quitté l'hopital et ses injections de chimio, j'avais oublié qu'en plus de la chimio, qui est en partie responsable de cet état, depuis 8 mois je suis sous hormonothérapie; le Tamoxifen, (dans mon cas car il en existe plein d'autres) et que peut-être ma fatigue chronique, mes nausées et mes céphalées viennent tout simplement de ce traitement, que, pour rappel je dois prendre pendant 5 ans....

 

marlène jobert film français gif

Comme tu dis Marlène j'en peux plus là!

 

 

Concernant les effets secondaires notables du tamoxifen, 

 

Liste exhaustive trouvée sur:

 

phttps://www.onmeda.fr/medicament/tamoxifene-eg-93583344.html#EFFECT_INDESIRABLES

 

· Un accroissement de la fréquence des anomalies endométriales (atrophies pseudo-hyperplasiques, hypertrophies, polypes, cancer) imposant une exploration rapide et approfondie de toute patiente signalant des métrorragies. 

 

     _"Vous remarquerez que le premier effet indésirable cité est le risque accru de cancer de l'uterus".

Résultat de recherche d'images pour "mdr"

 

 

· Des incidences peu fréquentes des cancers de l'endomètre et des cas rares de sarcomes utérins  (principalement des tumeurs malignes Mullériennes mixtes) ont été rapportées.

 

· Accidents cérébraux vasculaires ischémiques et accidents thrombo-emboliques fréquents, incluant thrombose profonde et embolie pulmonaire. Le risque thrombo-embolique est augmenté en cas d'association aux agents cytotoxiques.

 

 

· Des troubles visuels incluant des cataractes fréquentes, des modifications cornéennes rares et/ou des rétinopathies fréquentes, et pour lesquels un suivi ophtalmologique est recommandé.

 

· Des cas de neuropathies et de névrites optiques ont été rapportés chez des patientes recevant du tamoxifène pouvant se compliquer par une cécité uni ou bilatérale.

 

     _"Ben au moins comme ça on ne peut plus lire les effets secondaires."

 

· Des bouffées de chaleur et un prurit vulvaire en rapport avec l'effet anti-estrogène.

 

     _"Sympa, prurit=démangeaisons pour rappel"!

 

· Des phénomènes nauséeux rares cédant au fractionnement de la thérapeutique.

 

     _"Encore une fois il faut que je me mette du coté des rares ;-)"

 

· Des leucorrhées peu importantes.

 

      _"On continue dans le charmant"!

 

· Des manifestations cutanées : éruptions cutanées, urticaire. De rares cas de manifestations cutanées sévères, tels que érythème polymorphe, pemphigus bulleux, syndrome de Stevens-Johnson, vascularites cutanées ont été décrits.

 

· Fréquemment des réactions allergiques dont des angioedèmes.

 

· Une alopécie.

 

     _"Alors, on en a déjà parlé ici:

 http://www.fairefaceaucancer.fr/archives/2018/06/20/36499717.html 

Vous savez c'est la chute des cheveux..."

 

· Des céphalées.

 

 

     _"Oui je confirme ou migraines."

 

· En début de traitement sont possibles mais rares une aggravation transitoire des symptômes du cancer (douleur et/ou augmentation du volume apparent de la tumeur).

 

· En début de traitement, peu fréquemment, des patientes présentant des métastases osseuses ont développé une hypercalcémie.

 

· Une leucopénie parfois associée à une anémie et/ou une thrombocytopénie, exceptionnellement une neutropénie sévère ; rarement des cas d'agranulocytose ont été rapportés.

 

     _"En fait là, on nous cite les mesures quantifiables de la fatigue"!

 

· Des modifications des enzymes hépatiques et des anomalies hépatiques plus sévères, avec certaines d'évolution fatale, à type de stéatose, cholestase, hépatite, nécrose hépatique, cirrhose et insuffisance hépatocellulaire.

 

 

     _"Ah oui quand même"! il y a bien marqué FATALE"!

 

· Rarement des douleurs au niveau de la tumeur et très rarement une rétention hydrosodée.

 

· Des cas fréquents d'hypertriglycéridémie ou de pancréatites ont été rapportés.

 

 

     _"arghhh! fréquents"!!!

 

· Des pneumopathies interstitielles ont été signalées peu fréquemment

 

· Des cas fréquents d'arthralgie ont été rapportés.

 

· Des crampes des membres inférieurs et des myalgies ont été fréquemment rapportées.

 

· Rarement, une augmentation du volume de kystes ovariens.

 

· Rarement des polypes vaginaux ont été observés.

 

· Très rarement des cas de lupus cutané érythémateux ont été observés.

 

· Très rarement des cas de porphyrie cutanée tardive ont été observés.

 

 

Chez la femme non ménopausée, certains effets indésirables sont plus spécifiquement rapportés :

 

     _"On parle de moi là" !

 

· Une aménorrhée ou des irrégularités du cycle.

 

     _"Oui alors j'ai bien compris durant mes vacances aprés une longue amenorrhée, retour des Anglais!!! Au meilleur moment biensur, sinon ca n'est pas drole, hein" ?

 

· Une élévation éventuellement importante des taux d'estradiol circulant, associée à des kystes ovariens et/ou des ménométrorragies.

 

 

 

_Évidemment quand on lit tout cela on ne peut que se demander le ratio, bénéfices/risques ?

 

Et bien, ce traitement carrément flippant est bougrement efficace contre les risques de récidives du cancer du sein hormonodépendant, et malgré son florilège de troubles en tous genres il reste ...

LE traitement!!

 

J'en connais qui ont arrêté, contre l'avis médical, j'en connais qui arrêtent durant leurs vacances, j'en connais qui le prennent un mois sur deux, bref j'en connais qui face aux effets secondaires, dont les principaux non mentionnés ici sont la fatigue et l'insomnie, renoncent au risque de mettre leur vie en danger.

 

Jamais au grand jamais je ne jugerai ce choix, car aujourd'hui je continue, mais peut-être serai-je un jour au bout de ma tolérance.

 

Je ne peux que vous conseiller de vous accrocher un maximum, chaque comprimé prit est un pas contre la récidive. C'est comme la chimio il faut accepter les effets secondaires.

 

_Il faut voir ce traitement comme une chance, parce qu'il existe, il permet de vivre!

 

_Alors j'arrete tout de suite de me lamenter, et je profite de la chance que j'ai d'étre là pour en parler!

 

Ce sujet est trés important, il faudrait je pense, qu'il soit lu et abordé avec les proches et les aidants, en effet, souvent et à juste titre, à la fin de l'attiraille chimio et radiothérapie, l'entourage se met en tête que c'est fini, q'il n'y a plus de souffrance vu que c'est fini... oui mais non!!!