Nous sommes en janvier 2017, j'ai 35 ans, et jamais au grand jamais je n'ai subi le moindre examen radiologique sur ma poitrine.

Je ne suis pas naturellement attirée par ce genre d'examen, car il recherche qu'une seule chose, une éventuelle anomalie, pouvant mener à un cancer... autant dire que je fuis face à une telle évocation.

 

 

Pour le coup cette fois je ne peux qu'admettre qu'il faut faire des investigations.

(Pour rappel  la découverte :http://www.fairefaceaucancer.fr/archives/2018/04/02/36284862.html);

 

Suite à la prescription pressante de mon médecin traitant, j'ai contacté l'hôpital:

Le temps d'attente était proprement super long, aux alentour d'un mois, j'aurai pu faire jouer mon passe droit étant du personnel, mais j'ai raccroché sans rien dire.

J'ai préféré finalement ne pas être confrontée à mes collègues, je savais bien que quelque chose d'anormale était en cours en mon sein ( hihihi! jeu de mots), et je n'étais pas prête à assumer …

Il faut le temps de digérer.

 

J'ai donc épluché le bottin mondain et ai opté pour un centre de radiologie privé.

 

Ça a un coup non négligeable, je ferai un billet au sujet du coup exorbitant du cancer.

 

Bref j'ai appelé et là j'ai eu un rendez-vous deux jours plus tard pour une écho c'est a dire le jeudi, et le vendredi mammographie, (on ne pouvait pas faire la mammographie le jeudi car la machine était en maintenance).

 

  • L' échographie :

 

Elle évoqua « 3 anomalies de type tissulaire à gauche, avec des adénopathies axillaires ».

Et je suis rentrée chez moi avec mon dossier sous le bras.

Jusqu’à ce moment (le 5 janvier.) j'y croyais, au fond de moi, je me disais que je me faisais naturellement du mouron, mais que mon cher carma allait m'éviter la maladie grave.

L'échographe était gentil, il ne m'a rien dit mais m'a déjà annoncée qu'il fallait envisager une biopsie, bon même sans rien comprendre au jargon médical !

Cette fois les choses étaient claires.



Ce qui m'a turlupinée ce sont ces adénopathies, ou pour faire simple, ces ganglions, qui semblaient touchés...

Encore une nuit sans sommeil...

 

Le lendemain, l'épreuve :

 

 

  • La mammographie:

 

Avant d'entrer dans la salle d'examen, nous devons nous dénuder le haut dans un sas, je me souviens avoir prit plusieurs profondes inspirations en espérant que ce stratagème diminuerait mes tremblements.

Je n'avais pas froid mais je tremblais comme une feuille, lorsque la femme qui faisait l'examen m'invita à entrer, j'étais  à la limite du malaise !

Elle a été charmante et douce. On m'a toujours décrit la mammo comme une torture, j'imaginais que l'on allait presser mes seins comme des oranges.

 

_"C'est un peu ça en effet mais la machine s’arrête avant d'arriver à l'inacceptable" !

 

Comme toujours j'ai fait un peu d'humour, pour cacher mon stress, elle m'a dit que franchement je ne devrais pas paniquer, « c 'est peut être rien du tout ».

Je lui ai souri, je lui ai dit de mettre des gants car l'écoulement de mon mamelon avait repris de plus bel ! Qu'avec la pression, j'avais peur que ça gicle comme du lait ! Ses yeux qui souriaient à l'unisson avec sa bouche, ont semblé instantanément voilé...mais le sourire est resté !

 

Après photos face + profil bilatérale,

 

Me voici à attendre de voir le radiologue, pour une autre écho et une étude approfondie de mes mammographies.

 

Mammographie de lésions cancéreuses. Derniére photo de mon sein!

 

Son bureau était dans la pénombre, il était très souriant et très agréable, il a commencé par le sein droit, il n'y a rien tout est parfait.

Et puis il s'est intéressé au sein gauche, agrandi l'image. Et a commencé son explication, les micro-calcifications, et les nodules.

Et puis il s'est emparé de l'appareil à échographie, et a recommencé à mesurer méticuleusement la taille des lésions, il m'a tout expliquée.

Il a prit son temps, il ne m'a pas traitée comme un numéro, c'est appréciable, croyez moi...

Et puis on a parlé boulot.... ça détend !

 

Sa conclusion :

« Il existe des masses multiples avec des foyers de micro-calcifications … classés ACR5. »

Ce qui veut dire :

Il existe une anomalie certainement évocatrice d'un cancer !

 

Le lundi suivant le 9 janvier, je serai de retour pour ma biopsie.



   _"J'ai encore une fois eu de la chance, j'ai réalisé que c'était grave le 1 janvier, le 6 j'avais un examen diagnostique, et le 9 la biopsie afin de déterminer la nature des lésions et leur histologie et enclencher rapidement l'attiraille thérapeutique".

 

La mammographie, n'est pas un examen douloureux à proprement parler, c'est désagréable c'est sur mais pas insupportable. Au moindre doute, un petit contrôle ça ne mange pas de pain!

(Ma gynéco, qui m'a suivi pendant 8 ans, ne m'a jamais palpées les seins! je lui en veux terriblement, je l'ai vu en octobre 2016, elle aurai pu faire avancer les choses... oui, mais non) !